Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Espace de désinvolture où le rêve se doit de guider vos pas dans les sentes de la pensée vagabonde

Terribilis Est Locus Iste

29 Avril 2014 , Rédigé par Scribouillard Publié dans #Histoire mystérieuse

Terribilis Est Locus Iste

Cette locution sur l'acrotère de l'église sonne comme un avertissement. Qu'il s'agit de ne pas prendre à la légère tant l'histoire de cette contrée est parsemée de drames et de morts insolites. Il suffit de songer à Mme Georgette Roumens-Talon, étranglée avec du fil électrique; à l'abbé Gélis, massacré dans son presbytère; à Noël Corbu, décédé après qu'un camion se soit inexplicablement emballé; à l'affaire dite du « Serpent Rouge » et des trois pendus du Val-d'Oise; à Péladan, empoisonné; entre autres …

Sans oublier les occultistes et les diverses personnalités qui ont fréquenté ce minuscule coin de terre, de Stanilas de Guaïta à François Mitterrand en passant par des gens aussi hétéroclites que pittoresques comme Papus, Péladan, Jules Bois, la cantatrice Emma Calvé, l'abbé Bigou, l'initié Maurice Leblanc ou le sulfureux Pierre Plantard, membre avéré du Prieuré de Sion.

Cette contrée a d'ailleurs inspiré tant de romans et de films que leurs succès, comparativement à l'histoire de ces parages, paraissent bien insipides et réducteurs. Que ce soient les ouvrages de Baigent ou le Da Vinci Code, rien et nul ne peut rivaliser avec Rennes-le-Château.

Rennes-le-Château et la descendance ésotérique du Rabbi de Nazareth, l'arche d'alliance et le Graal jalousement gardés par les Wisigoths, Rennes la celtique, zodiaque terrestre et son cromlech, Rennes et le trésor cathare, Rennes et le bras armé du Temple, Rennes et ses cryptogrammes magiques, Rennes et son secret religieux ante-diluvien, sans oublier l'hypothèse aurifère et le trafic de messes et de faux documents de l'abbé Saunière.

Passionnés sans pouvoir l'être autrement, on s'était donc tout jeune immergé avec fougue et à maintes reprises dans cet ombilic fantasmagorique, dans cette capitale du mystère depuis qu'un de ses abbés aurait découvert sous un balustre et une stèle de l'église des parchemins apocryphes, décrypté et profané nuitamment quelques sépultures, voué un culte étrange aux trois Marie et surtout à la pécheresse repentie, Marie de Magdala, accumulé une fortune colossale avant de se consacrer à la construction d'édifices ostentatoires et à la réfection d'une église dont la décoration et la disposition n'en finissent pas de susciter interrogations et conjectures. Sanctuaire rosicrucien ou temple démonologique, le curé du village s'est beaucoup dépensé pour brouiller les pistes …

Pistes sur lesquelles nous avons jadis traîné nos guêtres: en rampant sous la Tour Magdala dans ses petits diverticules, en scrutant Asmodée recouvert de son bénitier, en essayant de décoder les stations du chemin de croix, en prenant quelques notes furtives au-hasard des stèles rencontrées, en tirant des plans sur le fameux triangle d'or, prolongeant ainsi nos médiatrices tous azimuts, du Pech de Bugarach au ruisseau des Couleurs, de la commanderie du Bézu jusqu'au hameau des Pontils où, jusqu'en 1988, on pouvait contempler encore la réplique parfaite d'un tableau du peintre Nicolas Poussin, un tombeau sur la route d'Arques, avant que son propriétaire, excédé par la présence de ces visiteurs de l'étrange, ne le fasse exploser.

Et in arcadia ego … Aut nunc, aut nunquam

Tour Magdala - Tombe de Bérenger Saunière et villa Béthanie.
Tour Magdala - Tombe de Bérenger Saunière et villa Béthanie.Tour Magdala - Tombe de Bérenger Saunière et villa Béthanie.

Tour Magdala - Tombe de Bérenger Saunière et villa Béthanie.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article