Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Espace de désinvolture où le rêve se doit de guider vos pas dans les sentes de la pensée vagabonde

Guilhem ou l'instinct du territoire

15 Mai 2014 , Rédigé par Scribouillard Publié dans #Aventure

Guilhem ou l'instinct du territoire

Guilhem, l'enfant du pays, a eu vent d'un film sur les loups tourné sur ses terres, notamment dans la région naturelle des Baronnies, sur la commune d'Esparros via le col de la coupe et celui de l'Oueil Lusent.

Grand connaisseur des mœurs et de la férocité du Canis Lupus, de par notamment une enfance en altitude passée à le côtoyer, à constater ses ravages, à le contourner habilement sur le chemin de l'école afin de pouvoir suivre ses cours comme n'importe quel autre enfant de son âge, Guilhem sait maintenant au fond de son coeur qu'il n'aura pas de répit tant que la bête, sa horde et ses rejetons n'auront pas été chassés hors de son fief.

Connaissant cependant moins les artefacts et les subtilités cinématographiques que l'animal considéré, Guilhem est intimement persuadé que le film a été élaboré avec des loups véritables et il ne peut donc s'empêcher de penser que certains animaux aient pu échapper à la vigilance du réalisateur pour s'enfouir dans les forêts profondes des Baronnies. La bête est perfide mais Guilhem le sait. Armé d'un bâton, reliquat d'un combat passé, il doit à présent convaincre ses parents de l'emmener sur place avec leur voiture. Et quel meilleur prétexte qu'une balade en famille en guise d'alibi pour cette épopée sanitaire.

Ça y est. C'est le grand jour. Maman et papa ont cru à ses envies de promenade. Une fois parvenu sur place, Guilhem fait mine de s'amuser. S'il baguenaude et s'il folâtre quand même avec ses parents, il n'en oublie pas le but messianique de sa venue et redouble de vigilance à chaque fois que la brise agite les feuilles des arbres et des taillis. Car la bête se peut d'être tapie n'importe où. Elle peut surgir de nulle part. Il marche mais, à la différence de ses parents, il tient fermement le sommet de son bâton afin de demeurer prompt et ferme à la riposte en cas d'attaque de la bête.

Ce jour là, il n'y aura rien. Pas de lutte ou d'affrontement. Il semble que la bête ait renâclé la présence de l'enfant du pays et se soit donc résignée à quitter d'elle-même le territoire. Guilhem ne rencontrera qu'un obstacle, constitué par un amoncellement visqueux de limaces, rendant sa progression sur les feuilles séchées plus lente et plus délicate. Mais Guilhem a de la ressource et il triomphera encore une fois.

L'enfant du pays n'a pas déçu et tout le paysage environnant semble chanter les louanges de l'enfant-prodige.

Et comme l'on dit ici, adishatz et a totara.

En bas à gauche, l'enfant a-t-il vu la bête ou est-ce sa mère qui l'étreint un peu trop ? ...
En bas à gauche, l'enfant a-t-il vu la bête ou est-ce sa mère qui l'étreint un peu trop ? ...En bas à gauche, l'enfant a-t-il vu la bête ou est-ce sa mère qui l'étreint un peu trop ? ...

En bas à gauche, l'enfant a-t-il vu la bête ou est-ce sa mère qui l'étreint un peu trop ? ...

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article