Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Espace de désinvolture où le rêve se doit de guider vos pas dans les sentes de la pensée vagabonde

Radio GAGA ... Suite de la saga berrichonne.

2 Juin 2014 , Rédigé par Scribouillard Publié dans #Chasse au trésor

Radio GAGA ... Suite de la saga berrichonne.

La messe n'avait pas entièrement été dite lors du périple précédent. Il nous manquait la partie eucharistique, et, cette fois-ci, l'hostie a eu bien du mal à passer l'étroiture de nos gorges nouées par la désillusion. Mais, pour abattre des bigourdans, il faudrait plus d'un ciel sur la tête …

Comment s'était-on débrouillé la fois précédente pour passer à côté de cette évidence. En effet, au départ, le site stratégique envisagé pour la diffusion des ondes longues était Rambouillet dans les Yvelines. Plus précisément à Saint-Rémy l'Honoré ( tout chouetteur normalement fanatisé aura relevé l'accointance entre l'Honoré et l'Adoré, les fameux « trois rendez-vous en mer Cantabrique » ) où « Radio-Paris » diffusait alors en longues ondes son « jeu bien trop facile » des 1000 francs ( avec ses questions bleu, blanche ou rouge – couleurs du visuel 650 ) et où existaient, en lisière de cette forêt domaniale, 3 pylônes haubanés disposés aux sommets d'un triangle équilatéral : «entre eux, il n'y aurait que deux intervalles s'ils étaient alignés».

Vingt dieux et des poussières, cette fois-ci, c'est la bonne. L'énigme 520 torchée ( c'est-à-dire revue et corrigée à la sauce presto ), le beau-frère mis dans la confidence de l'imminence de l'exhumation de la bête au million de francs, nous voilà donc partis sur cette gigantesque forêt vers laquelle il nous faudra encore faire plusieurs voyages afin de l'amadouer suffisamment pour qu'elle consente enfin à nous parler vraiment.

Gare ici à la confusion, au raccourci et à l'amalgame, nous ne sommes ni des mystiques, ni des exaltés, simplement des chouetteurs et le concept « lumière » de la chasse ne suffit pas à faire de nous des illuminés …

On échouera ( encore et c'est le terme adéquat ) en un lieu-dit symbolique où, par le truchement d'un triangle particulier composé de rochers divers et de fil de rôti entre autre, on creusera vaillamment pour y faire chou-blanc.

Chers lecteurs, ne soyez pas trop tristes car l'on vous a réservé un épilogue heureux malgré cette nouvelle déconvenue.

On s'est donc vite ressaisi et, après un calcul savant de la distance « chou-blanc - restaurant chinois de Gazeran », on a fini quand même par se décider à troquer la pelle pour une paire de baguettes et la glèbe pour du riz cantonais.

Et le jour où l'on mangera ( c'est une image … ou un visuel ) de la chouette, on ne manquera pas de vous le faire savoir.

L'ultime repère ... Lol
L'ultime repère ... Lol
L'ultime repère ... Lol
L'ultime repère ... Lol

L'ultime repère ... Lol

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article