Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Espace de désinvolture où le rêve se doit de guider vos pas dans les sentes de la pensée vagabonde

Inssoutenable légèreté de l'être

4 Septembre 2014 , Rédigé par Scribouillard Publié dans #Escalade

Inssoutenable légèreté de l'être

Avec deux « s » pour mieux accentuer le côté insoutenable … C'est mieux et plus explicite. Bon, le ton est donné, place à la chanson.

En effet, dans cette voie, la légèreté ( pondérale ) est un sérieux atout, notamment en L2 et L3 où la dalle, fraîchement épilée à l'occasion de notre ascension, peut déconcerter un tantinet si l'on ne trouve d'emblée les bons placements. Après, c'est au poil … Sans jeu de mot.

Il faut seulement rester concentré, ceci d'autant plus que cette muraille, spittée de nombreuses lignes contiguës, peut inciter parfois son utilisateur à s'égarer vers des voies parallèles.

Sinon, le coin est toujours aussi beau, et il est possible de consulter le topo dans un snack-bar adjacent, commodité d'autant plus appréciable que l'on n'avait initialement pas envisagé de grimper dans ce site. En effet, arrivés aux abords des 10 heures passées, quelle ne fut pas notre surprise de constater que la route du grand pic d'Espade nous était refusée depuis déjà 09 heures 30' et que, de surcroît, cet axe comportait un droit de passage dont il fallait nécessairement s'acquitter : 08€ la journée … ce qui est loin d'être une somme négligeable si l'on considère qu'à ce prix, on peut aussi avoir 2 mousquetons Simond, ou 3 cubes de magnésie, ou 1 anneau de sangle plate Béal, voire 1 dégaine Rocky, ou bien encore 1 sac à pof. Pour ceux que ce genre de conversion n'interpellerait éventuellement pas, cela représente quand même 3 demis de bière. Fraîches et servies, évidemment. Sinon, c'est aussi 3 litres de Bavaria blonde. Énorme !!!

Face à ce hold-up manifeste, on s'est donc rageusement rabattu sur la muraille du Cap de Long et je vous laisse deviner dans quel état de sur-motivation on se trouvait être au pied de la voie élue pour la circonstance.

Sur-motivation quelque peu plombée lorsque, au premier relais, nous constatâmes avec effroi qu'un des brins de notre corde à double comportait une blessure à l'âme que nous parvînmes à soigner provisoirement à l'aide d'un nœud de huit double. Et c'est ainsi, dans cette ambiance de feu, que notre cordée triompha à vue de cette belle voie, plaisante et variée, sur un granit pyrénéen inégalable.

Notons enfin ce jour-là la présence de l'hélicoptère des secours et de la Gendarmerie locale en pleine opération de recherche de personne disparue en montagne et dont le véhicule se trouvait être garé depuis trois jours sur le parking. A notre descente, ce véhicule était déjà reparti à l'insu de tous, le pseudo-disparu ayant simplement décidé de bivouaquer deux nuits dans les parages.

Avec notre corde entamée, deux histoires qui se terminent donc bien.

Inssoutenable légèreté de l'être
Inssoutenable légèreté de l'être
Inssoutenable légèreté de l'être
Inssoutenable légèreté de l'être
Inssoutenable légèreté de l'être
Inssoutenable légèreté de l'être
Inssoutenable légèreté de l'être

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article