Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Espace de désinvolture où le rêve se doit de guider vos pas dans les sentes de la pensée vagabonde

ODOS, les lauriers, les clameurs et la sueur

18 Avril 2015 , Rédigé par Scribouillard Publié dans #Football

ODOS, les lauriers, les clameurs et la sueur

Cela faisait déjà un certain temps que le HOFC tentait de négocier avec notre leader « Baptiste » quelques matches exhibitions de la prestigieuse équipe de Campan pour une participation exclusive à leur tournoi de football du 12 avril 2015.

Leur obstination et leur persévérance avaient d'ailleurs fini par payer, Baptiste étant parvenu par de savants calculs à libérer un créneau temporel dans l'agenda électronique surchargé du club de Campan.

A la plus grande joie du HOFC qui savait pertinemment que le nom de Campan imprimé sur les affiches de la rencontre était la garantie assurée d'une ferveur telle qu'elle allait forcément susciter le déplacement massif d'une foule de passionnés vers la petite localité d'Odos.

Et cela ne s'est effectivement pas démenti … Il suffisait d'ailleurs en ce 12 avril de contempler le nombre impressionnant de supporters arborant fièrement le maillot vert de Campan pour comprendre ce que peuvent symboliser les termes de « marée humaine » ou de « déferlante hystérique ».

Quant à l'équipe de Campan, malgré la pression ambiante et la jalousie manifeste, elle fut bel et bien là, à la hauteur des attentes d'un public déjà conquis d'avance. A l'intention des autres, méprisants détracteurs ou vils conspirateurs, je voudrai ici ajouter que si Rome ne s'est pas construite en un jour, l'équipe de Campan non plus et la consultation de son palmarès illustre et légendaire devrait par-ailleurs clore les becs envieux de quelques oiseaux de basse-cour …

Mais revenons au football. Même si, par pure humilité et compassion, Baptiste avait demandé aux membres de son équipe de jouer quelques bémols en-dessous de leur partition habituelle, ce fut quand même un festival chorégraphique de gestes techniques, ponts, passements, roulettes, élasticos ou autres sombreros qui ont fini même par ravir les plus sceptiques. Le spectacle avait pris le pas sur le score qui était d'ailleurs, à ce stade de maîtrise technique, relégué vers un plan plus que secondaire.

Et il aura quand même fallu attendre quelques heures aux joueurs de l'équipe, discrètement tapis derrière un stand de friterie, pour que se dissémine lentement la horde des fans et que Baptiste, Sylvie, K. Maro et sa troupe puissent, sans risque aucun pour leur intégrité physique, regagner enfin leurs véhicules respectifs puis leur terre campanaise.

Bref, un beau tournoi et du joli football.

ODOS, les lauriers, les clameurs et la sueur
ODOS, les lauriers, les clameurs et la sueur
ODOS, les lauriers, les clameurs et la sueur
ODOS, les lauriers, les clameurs et la sueur
ODOS, les lauriers, les clameurs et la sueur
ODOS, les lauriers, les clameurs et la sueur
ODOS, les lauriers, les clameurs et la sueur
ODOS, les lauriers, les clameurs et la sueur
ODOS, les lauriers, les clameurs et la sueur
ODOS, les lauriers, les clameurs et la sueur
ODOS, les lauriers, les clameurs et la sueur

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article