Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Espace de désinvolture où le rêve se doit de guider vos pas dans les sentes de la pensée vagabonde

Sa majesté le Grand Ferrand

29 Avril 2015 , Rédigé par Scribouillard Publié dans #Randonnée

Sa majesté le Grand Ferrand

C'était un 10 mars 2010 et, en la compagnie d'un catalan émigré dans les Alpes de Haute-Provence, nous avions décidé de rendre une visite de courtoisie à l'un des seigneurs du Dévoluy, le Grand Ferrand, dont les couronnes rocheuses sommitales le distingue aisément dans cet environnement grandiose.

A Agnières en Dévoluy, ce fut le départ classique depuis Lachaup ( 1400 mètres ) où il s'agit alors d'emprunter une portion du GR 93 en direction de la cabane du Chourum Clot. Puis, après un développé presque aussi long que le bras d'un politicien à Matignon, les courbes de relief se mettent alors à se resserrer brusquement et plus sûrement encore que le string d'une animatrice de télé avant son premier entretien d'embauche. C'est dire que ça grimpe fort et, ce jour-là, la croûte de neige n'avait pas oublié d'être dure pour pimenter une ascension qui, sans elle, n'aurait certainement pas eu la même suavité.

Enfin, l'instant irrémédiable de la descente arriva et il fallut alors bien se résoudre à ôter cérémonieusement les peluches des spatules et à dérégler ses chaussures sur le mode gravitationnel pour un retour sur la vallée. C'est à ce moment fatidique que la crise de tellurisme peut survenir inopinément chez le skieur alpin, ses premières manifestations se traduisant souvent par une inconsistance cotonneuse des membres inférieurs et une défibrillation anarchique des paupières dont la propension à se refermer s'accentue gravement lorsque le randonneur tourne la tête vers le bas. Pour enrayer lesdits symptômes, le meilleur remède demeure la vitesse et le skieur doit s'efforcer de prendre de court la maladie s'il veut en éviter l'aggravation et la phase terminale qui, couramment, se traduit par une immobilité morbide, les seuls mouvements possibles demeurant ceux des doigts d'une main tabulant fébrilement le clavier d'un téléphone portable à l'intention des taxis bleus d'un peloton de haute montagne.

Ce ne fut pas le cas. Pour Marco, la descente fut délicieuse, pour moi, vertigineuse. Question de niveau, sans doute.

Sa majesté le Grand Ferrand
Sa majesté le Grand Ferrand
Sa majesté le Grand Ferrand
Sa majesté le Grand Ferrand
Sa majesté le Grand Ferrand
Sa majesté le Grand Ferrand

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article