Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Espace de désinvolture où le rêve se doit de guider vos pas dans les sentes de la pensée vagabonde

Dévoluy, euphorie et nostalgie

31 Août 2015 , Rédigé par Scribouillard Publié dans #Aventure

Dévoluy, euphorie et nostalgie

Retour sur ce site de terre et de pierre frappé au coin du coeur par un maître-artisan certainement tant épris de beauté qu'il n'a pu s'empêcher ici d'en déverser un flot tel que l'oeil qui le contemple ne peut décemment être sec devant un spectacle si grandiose.

Retour aussi et surtout vers des personnes restées tapies dans l'ombre de nos têtes et de nos poitrines mais dont nous n'avons oublié ni les visages, ni les noms et ni les adresses. Nous n'avons d'ailleurs pour les retrouver eu recours à aucun artifice, bottin de la Poste, cartographie IGN ou pendule d'antiquaire … La Ford Fusion, rodée dans les parages, se souvenait également de chaque virage et de chaque déclivité.

Mais, si l'on devait trouver une rime à « Dévoluy », la première qui me vient à l'esprit pour y résumer le trop bref séjour écoulé est «apoplexie» ... tant les festins réservés furent nombreux et copieux à la fois. Notre survie a donc du passer fatalement par quelques footings vitaux et salvateurs sur les sentiers balisés de la contrée.

Et, même si le temps et les circonstances ne nous ont pas permis de revoir toutes les personnes voulues, nous avons toutefois pu rencontrer quelques autochtones que nos treize hivers vécus dans le Dévoluy nous ont permis d'apprécier.

Citons donc dans le désordre et de manière anarchique:

- Florence et Joseph DOS SANTOS qui ont, entre autre mille choses, gracieusement hébergé nos carcasses et nous ont offert en fin de séjour un petit ciboire de la Principauté d'Orange dont la liqueur a déjà suavement carbonisé les quelques papilles gustatives ayant survécu à cette ingestion massive. Bises aussi à leurs rejetons dont nous avons ignominieusement « squatté » les chambres. Enfin, mention spéciale pour les créations capillaires originales conceptualisées par la maîtresse de cérémonie du laboratoire Cassiopée.

- Renée et Maurice SARRAZIN alias mamie et papy Cocotte ( appellation labellisée et visiblement adoptée ), la seule enseigne de France où le menu se décline généralement en 4 entrées, 6 plats de résistance ( et il en faut pas mal pour arriver au terme ) et 3 desserts. Les kilocalories sont systématiquement offertes par la maison.

- Angélique, Guy et Noa SERRES du Courtil qui nous ont aussi vaillamment épaulés durant notre périple gastronomique sans jamais faillir ou manifester la moindre faiblesse. Merci encore au cordon bleu azur de la maison pour ses petites régalades aux agréments spongiformes. « Une vraie tuerie » !!!

- Dominique JULIEN, Marie-José CAYOL ( son compagnon et sa famille ) et Carlo de l'Eterlou pour cet agréable moment de convivialité tapissé au passage d'un petit pâté de grives dont les ailes ont si bien su gentiment nous caresser le fond de l'épiglotte.

- Astrid et Gilbert CHAILLOL, les valeureux épiciers vagabonds n'hésitant pas à accomplir chaque semaine des centaines de kilomètres afin de ravitailler le Dévoluy en produits variés et nécessaires à la survie physiologique des locaux. A propos de vagabondage, à quand une petite croisière nautique genre « Costa » en tourtereaux passionnés loin du tracas des étals ???

- Dave de la Cerise, stunter à ses heures, dévoluard à l'année et acédéciste depuis le collège avec son fils Paco ( abréviation basque de Pakoulatchy ), ventriloque attitré de Bernardo ( le lad de Zorro ) et sa fille Anna, ancienne courtisane de notre fils Guilhem.

- Renée, Robert SERRES ( DE GIERS ) et leurs enfants, Jocelyne et Lionel ( sans oublier la descendance, Titouan et son frère ), la seule famille noble qui, malgré sa particule, continue modestement et inlassablement d'élever une foultitude d'ovins afin que leurs mandibules se puissent d'entretenir les versants herbeux du Dévoluy et que leurs chairs contribuent à enrichir les spécialités culinaires d'une région. Message de mise en garde à leur intention : le thé vert du Maroc a une fâcheuse tendance à dénaturer la viande de brebis. Donc gare …

- La famille « Chapo » qui a sympathiquement honoré de sa présence un barbecue ingénieusement calculé par la fratrie Dos Santos. Notons au passage que les succulentes grillades ont été braisées exclusivement avec du bois local. Sans le moindre additif. La seule opportunité d'amélioration selon « Mèche » eut été qu'elles le fussent avec le bois du voisin. Mais ce dernier ne semble s'être toujours pas proposé ...

- Sans oublier ( mais j'en oublie forcément avec l'âge qui augmente et la mémoire qui compense ) Karine Serres ( que nous avons entraperçue avec ses enfants sur la Joue du Loup le temps d'un verre de grenadine renversé … le bonjour à son mari ), Serge Gillet et Nadège ( qui noteront que nous avons évité de leur rendre visite un jour de « chagatte » ), l'inoxydable Bidaut, fidèle à son poste, le patriarche Gégé ( ODDOS ), distributeur de pains devant l’Éternel, la matinale et noctambule Véronique Montagard ( sa fille Émilie et son ami Reynald ), Patoche et son Tonnerre Mécanique, Renato, l'insatiable marcheur au coeur de velours, Alain Chaillol ( du Seresq ), l'encyclopédie animalière de Saint-Disdier, José Sanchez, pompier pyromane repenti ( bises au passage à Louisette et Marie ), Caroline Vos, barmaid, maître-nageuse-sauveteuse et cuisinière ( curriculum vitae non exhaustif ), Lecoeur et Audrey Sarrazin ( toujours la french - altitude ), Marilyne Di Stefano ( et ses confiseries ), Jérôme Salmon, homme de presse, Mme Marricq, femme de presse et reportrice officielle, Eric Boucher ( simplement aperçu malgré ma randonnée du V8 Shop au Cocon des neiges ), Fabienne, mère de Kiéran, ex pistolet péteur et ancien camarade du parti de Guilhem, Lætitia de l'ubac ( vue furtivement à l'ombre de nos errances ), Mimi de la base des loisirs de «Superdev» ( phonétique adoptée par les surfeurs de l'extrême et les teen-agers avides de sensations fortes ) et un certain Baptiste de la Cluse avec lequel, malheureusement, nous n'aurons pu croiser nos dégaines …

Un petit coucou au passage pour Lilian des Garcins ( ancien pote de notre rejeton Guilhem ) et pour Arnaud ( cuisinier-orfèvre du Lou Patou ) qui, l'espace d'une soirée, a si bien su enchanter nos gosiers quémandeurs de ses planches supralunaires.

Enfin, et pour éviter de choquer la susceptibilité exacerbée de quiconque, une petite pensée à tous ceux que nos neurones ratatinés auront malencontreusement omis.

A une prochaine donc. Dans le Dévoluy, les Pyrénées ou ailleurs …

Dévoluy, euphorie et nostalgie
Dévoluy, euphorie et nostalgie
Dévoluy, euphorie et nostalgie
Dévoluy, euphorie et nostalgie
Dévoluy, euphorie et nostalgie
Dévoluy, euphorie et nostalgie
Dévoluy, euphorie et nostalgie
Dévoluy, euphorie et nostalgie
Dévoluy, euphorie et nostalgie
Dévoluy, euphorie et nostalgie
Dévoluy, euphorie et nostalgie
Dévoluy, euphorie et nostalgie
Dévoluy, euphorie et nostalgie
Dévoluy, euphorie et nostalgie
Dévoluy, euphorie et nostalgie

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

joce 20/04/2016 15:51

j'adore! merci beaucoup pour ce clin d'oeil amical plein de poésie!! grosses bises du Dévoluy de Joce Titouan et Gabin et bien sûr toute la family SERRES DE GIERS!!

Scribouillard 20/04/2016 22:50

Bises à tous également.
Si jamais vous égarez vos pas dans les Pyrénées ou si Renée a encore une lettre au fond de sa besace à poster dans les parages, n'hésitez-pas à vous engouffrer dans notre antre. Il y aura toujours une place, même pour le tracteur à Robert.
Bien entendu, il va de soi que Robert de Giers a déjà sa suite réservée avec pastis à l'étage et génépi sous le plancher ( la bouteille est sous la dernière latte du fond, à droite de la table de chevet ) ... Bises.

astrid 02/09/2015 18:59

bonsoir a vous tous super vous etes bien rentrés tu es un vrai poête!!!super aussi tes commentaires on vous embrasse tres fort on vous dit à bientôt astrid bebert

Scribouillard 02/09/2015 21:41

Merci.
Ce fut un plaisir de vous retrouver.
A bientôt itou.
Une dose de HO SHOU WU et au lit. Lol.