Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Espace de désinvolture où le rêve se doit de guider vos pas dans les sentes de la pensée vagabonde

Le Diable violoneux

18 Mai 2016 , Rédigé par Scribouillard Publié dans #Histoire mystérieuse

Le Diable violoneux

C'est par une légère variation d'azimut à l'occasion d'une chasse devenue légendaire que nos pas furent détournés en ce lieu sublime abrité par l'un des contreforts du massif du Donon où, sur les berges d'un petit lac glaciaire, se dresse bravement une somptueuse chapelle bâtie sur les ruines d'un ancien ermitage médiéval.

Vieil ancrage d'un pèlerinage aujourd'hui défendu, les gens des contrées environnantes s'y réunissaient jadis dès les pâles lueurs de l'aube chaque dimanche de la Trinité afin de commémorer au son des cantiques et au fil des processions la fondation de l'ermitage. A la faveur d'une clairière, ce rassemblement annuel permettait aussi aux villageois d'apprendre à se connaître et à s'apprécier jusqu'aux vêpres du soir sous les mélodies pastorales de quelques musiciens amateurs.

Jusqu'à ce fameux dimanche où, aux tons harmonieux des pèlerins, vint alors s'y mêler la musique fascinante et ensorceleuse d'un inconnu, un virtuose guenillard paré d'un violon qui entraîna dans une farandole effrénée à-travers les bois tant la foule qu'aucun d'entre elle n'entendit les cloches de la chapelle sonnant l'heure des vêpres.

Comme tous suivaient dans la frénésie et l'allégresse les arpèges inspirés de l'artiste, personne ne put voir à temps les traits du visage du violoniste se froncer d'un coup pour devenir cruels et épouvantables.

Sans raison aucune, le violoniste s'interrompit pendant que le silence et l'obscurité envahissaient les frondaisons où certains arbres séculaires y furent instantanément détruits par la foudre et les éclairs.

Paralysés de frayeur, les pèlerins sentirent trop tard la clairière s'abîmer sous leurs pieds où ils finirent tous violemment précipités au fond d'un gouffre cannibale dont les lèvres béantes se refermèrent brusquement en ne laissant seulement s'exsuder que quelques eaux souterraines qui, de nos jours, forment le lac de la Maix.

Demeuré seul dans la chapelle, le sacristain put percevoir distinctement un ricanement sardonique émanant des entrailles de la terre. Il comprit alors que le Diable avait élu domicile en ce lieu et il s'enfuit.

Un beau récit pour un site qui ne l'est pas moins ...

Le Diable violoneux
Le Diable violoneux
Le Diable violoneux
Le Diable violoneux
Le Diable violoneux
Le Diable violoneux

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article