Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Espace de désinvolture où le rêve se doit de guider vos pas dans les sentes de la pensée vagabonde

Sur la route de la carpe frite

12 Juin 2014 , Rédigé par Scribouillard Publié dans #Chasse au trésor

Sur la route de la carpe frite

On est cette fois passé d'un volatile ( une scrogneugneu de chouette ) à un poisson frit qui est la spécialité culinaire du Sundgau, petite région du sud de l'Alsace qui, dans le calendrier de l'après- Voynet, est devenue un vrai pays ( avec son président officiel ) au sein même de notre belle France. Et chacun le sien diraient leurs habitants, surtout aujourd'hui.

En dignes patriotes, toujours prêts dans l'éventualité d'un combat gastronomique, on n'a pas manqué l'escale de Spechbach ( le Bas ) où se trouve un petit restaurant référencé près duquel on arrimera notre embarcation le temps de déguster quelques bancs de carpes agrémentées de légers quintaux de frites afin d'honorer les épousailles de la bergère et du comte de Ferrette.

A chacun de nos remerciements, ce festin sera ponctué de mélodieux et suaves « service – service » de notre serveuse dont la disponibilité et la grâce presque militaire nous rappellent que nous sommes dans l'Est, plus encore, en Alsace.

Au retour, nous nous gargariserons à Belfort, dans ce même petit restaurant où nous avions jadis mangé lors de notre voyage de noces hexagonal en deux-roues.

J'allais oublier le principal, ce pour quoi nous avions réalisé ce déplacement, point d'orgue d'une résolution d'énigmes à base d'extraits de cervelle marinée avec quelques litres de sueur temporale. Plus quelques extravagances qui, à l'époque, nous semblaient rationnelles et implacables.

La zone se situait donc dans la belle forêt domaniale de Saint-Pierre de Lucelle ( étymologie non certifiée : cellule de lumière ) où se trouvent les vestiges d'une ancienne abbaye, pas loin de la frontière franco-suisse matérialisée par des bornes évidemment intégrées dans notre solution.

Il nous suffisait de retrouver deux bornes numérotées successives afin de creuser au milieu. Facile.

Mais, malgré des recherches méthodiques et scrupuleuses, à grands renforts de branches cassées, de chutes et d'azimuts sauvages, il nous manquera toujours une borne. On ne la trouvera d'ailleurs jamais, malgré les stimuli provoqués par les coups de feu des armes de quelques chasseurs venus nous encourager à leur manière.

J'espère depuis, si leur chemin a croisé celui de la chouette, qu'ils n'ont pas oublié de la « flinguer ».

Une des bornes, côté pauvreté ( verso Suisse ).
Une des bornes, côté pauvreté ( verso Suisse ).
Une des bornes, côté pauvreté ( verso Suisse ).

Une des bornes, côté pauvreté ( verso Suisse ).

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article